Catégorie:Kroots

De Omnis Bibliotheca

Postée en avant de l’escouade de Rangers, Laeresh observait les arbres à la lueur de la lune et le canon de son long fusil suivait le mouvement de son œil. Ses sens étaient en parfaite harmonie avec la forêt et guettaient quelque chose qui n’aurait pas été à sa place, mais rien ne perturbait le calme à l’exception des bruits d’animaux auxquels elle s’attendait. Si un ennemi s’était trouvé à proximité, les créatures natives auraient fui ou signalé la présence anormale par un avertissement quelconque. Satisfaite, elle abaissa son arme et leva son poing droit, dont elle ouvrit les doigts pour signifier aux autres que tout allait bien, puis elle épaula à nouveau son fusil en se levant silencieusement et avança entre les arbres d’un pas précautionneux.

Les cinq Rangers Asuryanis se déplacèrent au milieu de la végétation comme des fantômes tandis que les teintes de leurs capes de caméléoline se modifiaient pour les rendre presque invisibles, Laeresh fit quelques grands pas silencieux jusqu’à un épais tronc couvert de lianes.

Soudain, tout ne fut plus qu’un désordre indescriptible.

Laeresh se retourna lorsqu’un Kroot tomba des arbres derrière elle. La créature se dressa derrière elle en secouant les piquants de sa tête et en sifflant. Elle voulut pointer sur lui son fusil mais un moulinet de l’arme primitive du Kroot enfonça la lame qui y était fixée dans son canon tandis qu’elle pressait la gâchette. La chambre explosa dans une boule de feu blanche et Laeresh tomba, brûlée et à moitié aveuglée. Une grande partie de la tête du Kroot avait été emportée, le corps décapité bascula en avant et la cloua contre l’arbre. Des persistances rétiniennes dansaient devant elle et elle cligna des yeux en tentant simultanément de repousser le cadavre.

La nuit résonna des cris des autres Asuryanis sur lesquels avaient sauté d’autres Kroots sortis de leurs cachettes. Laeresh vit son cousin Culiern se défendre contre deux Kroots et hurla son nom lorsque la lame d’un troisième le traversa de part en part et qu’une gerbe de sang jaillit de sa poitrine.

Finugal et Duatha s’étaient débarrassés de leurs longs fusils pour dégainer leurs Pistolets Shuriken alors que Medhar se faisait massacrer à coups de crosses. Ce fut au tour des Kroots de mourir lorsque l’air s’emplit des projectiles mortels tranchants comme des rasoirs qui déchirèrent sans mal leurs chairs. Pendant un instant, Laeresh put espérer qu’ils allaient survivre à l’attaque jusqu’à ce que la tête de Duatha soit arrachée de ses épaules par des mains noueuses. Fingal se tourna pour faire face au meneur des Kroots et lui tira dessus à bout portant. Les disques monomoléculaires s’enfoncèrent dans son flanc, ce que la créature parut ignorer, puis il fut soulevé dans les airs lorsque le Kroot envoya la lame de sa crosse s’écraser dans son ventre. Laeresh pleura tandis que Finugal restait suspendu et hurlait en voyant le sang s’écouler de son corps. Le Kroot serra sa main autour de la tête de sa victime et d’une torsion brusque, il tira la lame de son corps, puis il approcha l’Asuryani mourant de son visage et arracha un morceau de chair ensanglantée de son cou d’un simple claquement de ses puissantes mâchoires.

Laeresh voulut approcher sa main de son holster lorsque parvinrent à ses oreilles les bruits horribles des Kroots qui dévoraient ses amis, déchirant les corps de leurs victimes dans de grands craquements d’os pour dévorer les organes internes encore tièdes. Sa main se rapprocha de la crosse lisse de son pistolet. Elle dégaina et ouvrit le feu d’un seul geste, décapitant presque l’un des Kroots taché de sang, mais un revers de main fit voler son arme et la crosse d’un fusil s’écrasa sur son visage. Le goût du sang envahit sa bouche et elle fut dégagée de sous le corps du Kroot au milieu d’un échange de sons claquants et sifflants, des poignes de fer saisirent ses membres pour la maintenir immobile et elle hurla. Les Kroots refermaient leurs mâchoires sur sa jambe pour se repaitre d’elle

Khaine eut sans doute pitié de sa servante, car il l’avait déjà rappelée à lui lorsque les Kroots lui ouvrirent la cage thoracique pour offrir son cœur encore chaud à leur Meneur.


Parmi toutes les espèces intégrées à l’Empire T’au, les Kroots sont de loin les auxiliaires les plus répandus et opérant aux cotés de la Caste du Feu. Des milliards d’entre eux ont été équipés pour la guerre et assignés aux cadres de chasse de presque tous les Septs. Même si les T’au méprisent leur côté primitif, ils reconnaissent que leur sauvagerie fait d’eux des troupes de choc efficaces. Cependant, si la plupart sont au service exclusif des T’au, certains guerriers parcourent les étoiles, en proposant leurs talents au plus offrant. Malgré la capacité Warp quasiment nulle de leurs Sphères de Guerre, on peut les retrouver aux côtés de nombreuses races extraterrestres dans toute la galaxie. Leur propension à dévorer la chair de ceux qu’ils affrontent fait que seuls les plus braves ne tremblent pas à la perspective de s’opposer à eux.

Les Kroots sont grands et leur constitution est trompeusement frêle. En réalité, leur musculature extrêmement puissante est composée de libres denses dont le rapport masse/puissance est de loin supérieur à celui des humains. Leurs contractions musculaires rapides leur permettent de porter des coups cinglants avec une force impressionnante. Au sol, les Kroots tendent à adopter une démarche étrangement sautillante, mais dans une forêt dense ils peuvent sauter d’arbre en arbre à une allure fulgurante. Leur vêtement habituel est une toge rudimentaire en peau animale ornée d’os, d’amulettes et d’anneaux. La nécrophagie est une pratique détestable, qui les conduit à dévorer rituellement les dépouilles des adversaires tombés au combat, quelle que sort leur origine.

Le système digestif des Kroots, efficace à l’extrême, est capable de transformer presque n’importe quel matériau organique en une forme d’énergie qu’ils peuvent emmagasiner dans des organes spécialisés, appelés nymunes, présents dans tout leur corps. Toutefois, le plus étonnant dans leur processus de digestion est la capacité à extraire des gênes potentiellement utiles de l’ADN de leur nourriture. On sait depuis longtemps que la plus grande partie de la structure en double hélice de leur ADN est en fait vide et ne sert qu’à séparer les informations génétiques. Les Kroots ont d’une façon ou d’une autre hérité de la capacité à incorporer les codes ADN utiles à leur propre patrimoine génétique. Des Kroots de plus grande taille, que l’on appelle Mentors, possèdent une compréhension instinctive de ce phénomène et peuvent ainsi conseiller à leur parenté de se nourrir de certains types de proies pour assimiler leurs gênes, et cela en quelques générations.

Pech est parfaitement intégrée à l’Empire, mais tous les Kroots ne combattent pas pour les T’au, car on a pu rencontrer des mercenaires kroots combattant aux côtés des Aeldaris, de renégats humains, des Légions du Chaos et même des Orks. Les Kroots n’ont aucun préjugé envers une race quelconque et ne se préoccupent pas de la nature de leurs employeurs, du moment qu’ils sont payés. Cette pratique est contraire aux principes du Bien Suprême, aussi les Kroots se gardent-ils bien d’en informer les T’au, et les parentés mercenaires itinérantes évitent tout contact avec les forces t’au.

En combat rapproché, les Kroots sont de redoutables adversaires. Grâce à leur musculature puissante et leurs sens accrus, leur capacité de combat est supérieure à celle de la plupart des humains. Ils sont également plus forts, même si leur tolérance à la douleur est sensiblement équivalente. Cependant, au contraire des soldats impériaux qui se battent avec la certitude qu’ils servent la volonté de l’Empereur, les Kroots se vendent au plus offrant, ce que reflète l’imprévisibilité de leur discipline à la bataille. Les Kroots emploient un fusil qui, quoique relativement primitif, peut tirer un projectile plus puissant que la décharge d’un Fusil Laser standard. Ces armes sont couramment équipées à leurs extrémités de lames acérées qui permettent à ceux qui les manient de se battre efficacement au corps à corps. Une version plus puissante de cette arme, appelée canon kroot, est à même de détruire des véhicules légers et d’abattre le fantassin le mieux protégé d’un seul tir

  • Mercenaires : Les Kroots sont des mercenaires, ils ne se battent pas pour une noble cause ou pour un idéal, ils ne le font que contre une récompense !
  • Nécrophages : Les Kroots sont des carnivores voraces, ils laisseront donc le plus souvent leurs ennemis s’enfuir de manière à pouvoir se nourrir de la chair de ceux qu’ils viennent d’abattre.
  • Forestiers : Les Kroots sont naturellement adaptés à la vie dans les environnements arboricoles et ils ont appris à s’y mouvoir rapidement et discrètement, même par escouades entières.

Caractéristiques Physiques

Une parentèle Kroot se lance à l’assaut.

Les Kroots sont originaires du monde de Pech et bien que leur physiologie soit humanoïde, des éléments suggèrent qu’ils appartenaient à l’avifaune aux premiers stades de leur évolution. Ils ont conservé un bec atrophié, une structure osseuse légère pratiquement creuse, ainsi que quatre doigts aussi bien aux mains qu’aux pieds. Leur peau rugueuse est garnie de petits piquants identiques à ceux de leur tête, ressortant de leur chair en divers endroits. Leur pigmentation peut varier d’une couleur terreuse à un vert tacheté ou à un orange vibrant, en passant par à peu près n’importe quelle teinte. Selon les instructions alimentaires données par le Mentor (dont nous parlerons plus loin), la coloration de chaque famille, ou parenté, peut varier de façon considérable et il est courant chez les Kroots de chaque parenté d’orner sa peau de divers marquages tribaux. Un Kroot grandit rapidement, sa période de croissance s’étalant essentiellement sur les dix premières années de leur vie. Il est considéré comme adulte dès l’âge de douze ans et on a déjà observé des Individus centenaires, dont la peau devient de plus en plus ridée et tannée.

Le Kroot est grand et d’une sveltesse qui trompe d’emblée ses adversaires. En réalité, sa musculature compacte est composée de fibres denses dont le rapport masse/puissance est de loin supérieur à celui des humains. Leurs contractions musculaires rapides ont l’effet de coups de fouets leur permettant de porter des coups rapides. Sur le sol, les Kroots tendent à se déplacer d’un pas sautillant, mais ils peuvent dans les forêts denses sauter d’arbre en arbre à une vitesse fulgurante. Ils sont vêtus de façon primitive, de harnachements taillés dans des peaux d’animaux, décorés d’ossements, d’amulettes et de colifichets.

Les spécimens en nombre limité ayant été étudiés ont révélé un cerveau divisé en un hémisphère frontal et un hémisphère arrière. Il apparait que la partie frontale, plus développée, gère les fonctions logiques, le raisonnement et la mémoire, tandis que l’autre, moins développée, est celle de l’imagination et de la créativité. Cela pourrait explique, leur approche pragmatique de la vie et leur stagnation technologique actuelle. La tête des Kroots est couronnée d’une masse de piquants rigides et flexibles faisant apparemment partie de leurs appareils sensoriels. Ils abritent des rangées de ganglions qui courent jusqu’au lobe frontal de leur cerveau. Localisés à cet endroit, ces organes reçoivent parfaitement les informations à interpréter quant à l’environnement proche. La cavité olfactive des Kroots est aussi particulièrement large, garnie ainsi que leur bouche de terminaisons sensorielles multiples. Leurs yeux, qui sont généralement d’un blanc laiteux, n’ont pas de pupilles. Il est probable qu’ils distinguent mieux les infrarouges et peuvent donc percevoir la chaleur générée par le corps de leur proie. Les Kroots sont par conséquent d’excellents traqueurs et sont très durs à prendre par surprise.

Les Kroots n’excrètent que sous la forme d’une sueur huileuse, âcre et dont les propriétés dépendent de ce qu’ils ingurgitent. Les bénéfices les plus évidents qu’ils en tirent sont que cette sueur étrange parait retarder les réactions aux changements de chaleur, avoir des propriétés antibiotiques et que les coups les plus faibles peuvent tout simplement glisser sur leur peau. On suspecte une possible altération volontaire de cette sécrétion pour laisser des trainées de phéromones, marquer des territoires, avertir dur danger et même communiquer arec des congénères. Peut-être exerce-t-elle également une forme de contrôle sur des formes de vie inferieures comme les oiseaux et les petits rongeurs, on pourrait en effet pense que les Kroots emploient les phéromones empathiques pour que de tels animaux et d’autres formes de vie de même taille ne soient pas effrayé par leur présence et ne dévoilent pas leur position. En plus de ce mode de communication, les Kroots peuvent apprendre de nouvelles langues à une vitesse sidérante, faisant correspondre le ton et les sonorités des mots qui leur sont inconnus pour en deviner le sens. Leur propre forme de communication verbale, faite de claquement et de sifflements, est peut-être renforcée par leurs sudations.

La pratique la plus odieuse des Kroots est de loin leur habitude de manger les morts. Au combat, cela les mène à dévorer rituellement les cadavres de ceux qu’ils ont vaincus et aucune viande ne semble jamais les répugner. Le système digestif des Kroots est efficace à l’extrême et capable de transformer presque n’importe quel matériau organique en une forme d’énergie qu’ils peuvent emmagasiner dans des organes spécialises, présents dans tout leur corps et appelés nymunes. Si quelque chose d’indigeste devait néanmoins être consomme, le Kroot se retrouve obligé de le régurgiter. Toutefois, le plus étonnant dans leur processus de digestion est la capacité à extraire des gènes potentiellement utiles de l’ADN de leur nourriture. Les Genetors de l’Adeptus Mechanicus savent depuis longtemps que la plus grande partie de la structure en double hélice de l’ADN est en fait vide et ne sert qu’à séparer les informations génétiques. On ne sait comment les Kroots ont hérité de la capacité d’incorporer des codes ADN dans leur propre patrimoine. Des Kroots appelés Mentors possèdent une compréhension instinctive de ce phénomène et ils peuvent ainsi conseiller à leur parenté d’engloutir certains types de proies pour qu’après quelques générations, leurs gènes soient pleinement assimilés.

Ce n’est hélas pas une science exacte et il y eut de nombreux exemples de Kroots emprisonnés dans des culs-de-sac évolutionnaires, les Krootox et les Chiens Kroots en étant les cas les plus frappants. À un point donné de l’histoire de leur évolution, ces deux sous-espèces de Kroots ont dû se nourrir de créatures dont ils souhaitaient posséder certains traits mais ont hérité d’autres particularités. Les Krootox sont bien plus forts mais sont devenus des êtres lents, des herbivores bien plus enclins à rester dans leurs forêts que leurs cousins plus évolués. Les Chiens Kroots ont gagné en rapidité, mais cependant, à l’instar de leurs frères Krootox, leur cortex s’est atrophié et ils ne sont devenus guère mieux que des prédateurs sans scrupule. Il existe d’autres variations telles que le faucon Kroot, petite créature volante, ou le serpent Kroot, ainsi que d’autres animaux plus terrifiants. Au plus profond des forêts de Pech demeurent des bêtes qui furent autrefois des Kroots mais ont depuis suivi des voies d’évolution qui en ont fait des monstres se nourrissant de leur propre engeance. Ces endroits sont abandonnés et seuls les plus hardis ou les plus fous des Kroots osent désormais s’y risquer.

Monde Natal : Pech

Un des évènements majeurs dans l’histoire des Kroots survint lorsque des engins Orks qui s’en prenaient à des Sphères de Guerre attachées à la défense de l’enclave de Krath attaquèrent également un vaisseau de colonisation T’au de passage. Pris dans les combats contre leur gré, les T’au ripostèrent et leur armement supérieur eut vite raison des Orks. Ils n’avaient toutefois abattu que l’avant garde d’une armada Ork bien Plus importante et se retrouvèrent bientôt encerclés. Ainsi commença une longue guerre ou les T’au et les Kroots affrontèrent ensemble les Orks, les Peaux-Vertes furent retenus suffisamment longtemps pour qu’une armée de Guerriers de Feu venue de Sa’cea aune et parachève leur annihilation.

Les T’au de Sa’cea furent impressionnés par la bravoure des Kroots à tel point qu’ils accepteront de les aider à libérer leurs autres enclaves des Orks. Pendant dix ans, les armées T’au repoussèrent les Orks des mondes Kroots et finirent par atteindre leur planète natale a la requête du plus célèbres des chefs Kroots, Anghkor Prok, qui jura devant la Pierre du Serment son allégeance à l’Empire T’au. Ses guerriers se dévouèrent au Bien Suprême dès le début de cette coopération qui dure encore de nos jours.

Bien qu’on retrouve cette race extraterrestre, nomade, prolifique et belliqueuse un peu partout dans la galaxie, on les rencontre principalement aux alentours de la Bordure Orientale. Si elle est plutôt sauvage, elle est suffisamment civilisée pour posséder une capitale, en l’occurrence son monde d’origine : Pech, situé dans l’Ultima Segmentum au nord-ouest de l’empire des T’au et à quelque trois mille années-lumière au nord d’Ultramar. Ce monde ressemble à Terra, avec une atmosphère d’ordre comparable mais une gravité légèrement plus faible. On y trouve trois masses continentales principales : un continent primaire chaud et tempéré où la vie est florissante, un autre fait d’un désert sec peu habité et enfin, une masse terrestre au climat froid, perpétuellement battue par de violents orages. Des forêts de jaggas s’étendent sur tout le continent principal, des plateaux élevés au nord et à l’ouest jusqu’aux Monts Kamyon à l’est. Les quelques plaines dégagées qu’on peut y trouver sont rocheuses et inhospitalières. Les Kroots y vivent au sein de leurs parentés dont la plupart résident dans des demeures arboricoles faites de peaux reliées par des joints en bois màché et régurgité. D’autres logent dans ce qui subsiste des anciennes ruches Kroots désormais tombées en ruine et abandonnés où la nature y reprend ses droits.

Quand une des forteresse-asteroïdes des Orks, également appelée Rok, s’écrasa contre Pech il y a quelques milliers d’années, les Orks survivants se trouvèrent dans la position peu enviable d’être attaqués par des guerriers de loin supérieurs en nombre et portés sur le cannibalisme. Ils furent rapidement défaits et leurs corps consommés par les Kroots qui s’établirent au cœur de la structure du Rok. Plusieurs générations plus tard, les Kroots manifestèrent la possibilité d’imiter certains aspects de la technologie transmise par l’ADN des Mékanos Orks. Autour des fragments dispersés du Rok, la première cite des Kroots commença à s’édifier tandis que l’héritage technologique se répandait. En l’espace de quelques millénaires, le continent primaire de Pech compta cinq ruches et les exploitations agricoles et minières se répandirent. Ce fut la phase expansionniste des Kroots, qui les vit construire des sphères de guerre capables de les emmener au-delà des étoiles au travers du Warp.

Les Kroots rencontrèrent à nouveau les Orks, mais cette fois, l’équilibre des forces ne jouait plus en leur faveur. Une moindre expérience de la guerre fit plier les Kroots face à la brutalité des Orks et ils furent repoussés sur tous les fronts par l’agressivité des Peaux-Vertes. Chaque monde que prirent les Orks demeura néanmoins une épine dans leur pied à cause d’une guérilla incessante. Les Kroots furent finalement forcés de louer leurs services comme mercenaires à d’autres races pour pouvoir survivre. Après vingt ans de guerres, les Kroots aidés des T’au purent récupérer leurs anciens mondes en ne rencontrant qu’une résistance minime car les Orks n’avaient fait que se livrer au pillage et à la destruction avant de poursuivre leur route. Ces Kroots désirèrent alors reconstruire leurs mondes tels qu’ils étaient avant l’arrivée des Orks, mais ceux qui étaient restés pour les combattre avaient d’autres idées en tête : ils ne souhaitaient pas rebâtir une société qui les avait menés à la guerre sans parvenir à les défendre. Suivant un meneur nommé Anghkor Prok, ils préconisèrent un retour à l’époque qui avait précédé l’arrivée du Rok. Il n’y aurait pas reconstruction, les Kroots reviendraient à la tradition qui leur avait convenu durant des milliers d’années. Un compromis fut atteint : chaque parenté passerait du temps à combattre pour les autres races en revenant périodiquement sur son monde natal pour transmettre le patrimoine génétique acquis suite à ses victoires. Des sphères de guerre restèrent sur Pech pour la protéger des invasions tandis que les mercenaires partirent exercer leur activité.

Pech est aujourd’hui encore un monde sauvage. Ses forêts couvrent la plus grande partie du continent et les ruches qui abritaient autrefois des Kroots par millions ont vite été conquises par la végétation mais abritent toujours bon nombre de parentés. Il n’y a plus de cités sur Pech, bien qu’on y trouve des endroits sacrés comme l’immense jagga au bois sculpté sur les pentes du Mont Kaikown, qui marque l’endroit où repose Anghkor Prok, la Pierre du Serment sur la Plaine des Os, où il jura fidélité à l’empire T’au, et le Bosquet des Ancêtres des Monts Kamyon. Il y a aussi des endroits que les Kroots évitent, des régions maudites ou hantées telles que la Forêt d’Ygothlac où vivent de terrifiants monstres ayant évolué des gènes T’au il y a déjà longtemps de cela. Ces endroits sont évités, les arbres y sont noirs et déformes comme si la terre elle-même comprenait que ce qui y vit constitue une offense à la nature.

Certaines parentés envoient les leurs s’y entraîner pour prouver leur valeur, mais ces pratiques se font rares, car seule une fraction infime de ceux qui s’y aventurent en ressort un jour.

Premier Contact

« Les Kroots sont des créatures féroces et sauvages. Je les regarde et je tremble devant leur brutalité. Je ne peux qu’espérer que nos ennemis aient une réaction similaire lorsqu’ils les verront. »

- Por’vre Tau Cho - Envoyé de la Caste de l’Eau sur Sy’l’kell juste avant l’embuscade du 17e régiment des Dragons de Brimlock.

Les forces de l’Imperium ont pour la première fois rencontré les Kroots au cours de la Croisade Damoclès, sur le monde de Sy’l’kell, lorsque le 17e Dragon de Brimlock tomba dans une embuscade entre sa zone d’atterrissage et la ligne de front. Leurs éclaireurs furent tués par les escouades Kroot sans pouvoir alerter les troupes qui les suivaient et le reste de la colonne fut attaqué en avançant dans un défilé étroit et rempli d’arbres. Trois parentés de Kroots tombèrent de concert sur les Gardes Impériaux pris au dépourvu et en massacrèrent par dizaines dès les premières minutes de la bataille. Seules les poignes de fer du Colonel Konstantin Griffin et du Commissaire Eigerman rassemblèrent les troupes impériales suffisamment longtemps pour leur permettre d’échapper à ce piège. Les Kroots continuèrent de harceler les soldats jusqu’à ce que le Colonel Griffin ait pu rejoindre les Space Marines des Scythes of the Emperor. Les forces conjuguées firent alors volte-face pour détruire les assaillants, mais les Kroots avaient disparu dans la forêt.

D’autres rencontres moins violentes ont eu lieu depuis ; certaines parentés ont parfois combattu aux côtés des forces impériales en échange d’armes et de nourriture. La plupart des Kroots combattent pour les T’au mais il n’est pas exceptionnel de les voir apporter l’aide aux Asuryanis, aux renégats humains, aux légions du Chaos, aux Orks et même aux détestables Hruds. Les Kroots ne portent aucun préjugé contre une race quelconque et ne se préoccupent pas de savoir pour qui ils se battent du moment qu’ils sont payés.

Même si aujourd’hui les Kroots sont présent dans les armées T’au, ils n’en restent pas moins des mercenaires.

En effet, l’appétit des Kroots fait partie de leurs caractéristiques les plus notables. Ils sont si voraces qu’il leur arrive de dévorer partiellement leurs victimes au beau milieu de la bataille. Cette habitude peu ragoûtante suscite la révulsion de leurs alliés, cependant l’instinct sauvage des Kroots et leurs talents d’infiltrateurs sont si prisés par les T’au qu’ils tolèrent un comportement aussi barbare, tant que celui-ci se limite aux cadavres de l’ennemi, et ne pousse pas les Kroots à grignoter des bouts de leurs propres camarades ou de leurs alliés… Si on regarde les choses en face, les Kroots ne se soucient guère de l’origine de leur nourriture, tant que celle-ci est abondante. Même s’ils ne comprennent pas vraiment les réticences des T’au, les Kroots ont appris à refréner leur instinct cannibale et tauphage, du moins tant que leurs alliés n’ont pas le dos tourné.

Capacités Martiales

Ayant pu louer leurs services auprès des T’au et d’autres peuples, les Kroots ont pu développer leurs talents depuis d’innombrables années. Même s’ils sont en mesure d’utiliser ou de copier l’armement qui leur est fourni, les Kroots n’ont pas les capacités cérébrales suffisantes pour innover. Leur façon de mener une guerre n’a donc pas beaucoup changé depuis des siècles et ils se fient essentiellement à leur savoir-faire au corps à corps. Les Kroots sont très bien dotés pour le combat rapproché, maniant de leurs longs membres des fusils équipés de lames de combat aiguisées. Ils sont plus forts et plus intrépides en assaut que les hommes de la Garde Impériale, et certains les comparent parfois aux membres de l’Adeptus Astartes, bien qu’ils n’en aient ni la résistance, ni l’armure et ni, surtout, la foi.

Les fusils Kroots possèdent une certaine force mais pas la puissance nécessaire pour pénétrer les blindages, les canons Kroots, plus gros, ne peuvent être transportés que sur le dos des Krootox mais délivrent des projectiles bien plus destructeurs. Les Chiens Kroots lâchés à l’avant des formations se battent le plus souvent de concert avec leurs maîtres, le tir de soutien étant assuré par les armes montées sur le dos des Krootox. Bien qu’ils soient des tueurs chevronnés, les Kroots sont incapables d’organiser des campagnes de siège et doivent alors se fier à la technologie de leurs employeurs pour obtenir le soutien logistique, l’équipement de siège et les engins de guerre adéquats. Ils excellent cependant dans les actions de guérilla, leur capacité à survivre grâce aux ressources naturelles leur permettant de rester isolés pendant des années.

Technologie

Les coutumes et l’apparence frustes des Kroots offrent un contraste saisissant avec les Guerriers de Feu auprès desquels ils combattent. Ils se vêtent de peaux et se protègent à l’aide de quelques plaques métalliques fixées sommairement. Cet équipement parait d’autant plus rudimentaire à côté des armures ergonomiques des T’au. Alors que la Caste du Feu s’efforce de conserver une uniformité dans son matériel et pratique des stratégies basées sur la coordination des différentes armes, les Kroots possèdent un équipement hétéroclite composé d’ossements et de talismans artisanaux. Beaucoup d’entre eux arborent des trophées plus macabres sous la forme de pièces de viande découpées sur les cadavres de l’ennemi et destinées à la consommation personnelle…

Les canons Kroots constituent la limite connue de la technologie de l’armement de cette race, même si - grâce à la technologie des T’au - il est désormais capable de tirer des projectiles similaires à ceux des armes à impulsions des Guerriers de Feu. Les vaisseaux Kroots ont bien une capacité Warp - relativement limitée - mais leur compréhension de son fonctionnement est innée et fut obtenue en dévorant la chair des Mékanos Orks plutôt qu’en apprenant. Si on exclut l’avancement de certaines de leurs armes, les Kroots ne disposent pas d’équipements avancés et accordent plus de confiance à un matériel artisanal répondant à leurs besoins.

Indice de Menace et Politique Impériale

Les Kroots sont un peuple primitif dont l’indice de menace reste faible et aucune campagne impériale actuelle n’a pour objectif de les éliminer. En plusieurs occasions, les services de mercenaires Kroots ont été loués par des postes frontières ou des Libres-Marchands (Khibala Yusra a même travaillé pendant 2 ans pour un Inquisiteur) et il doit être répété qu’un tel contact avec des extraterrestres est un crime passible de la peine de mort. Les Kroots n’ont eux-mêmes aucune tendance proprement xénocide et ne recherchent pas activement d’autres êtres à tuer. Même si leurs guerriers sont motivés par le sens de l’honneur, ce sont des mercenaires qui ne se battront que pour de l’argent ou des biens qu’ils ne parviennent pas à produire.

Structure Sociale

Le groupe social le plus important de la société Kroot est la parenté, une collectivité familiale proche du concept de tribu et constituée d’un groupe d’individus liés par les liens de la procréation. L’autorité dans un clan est reconnue de manière instinctive et confiée aux Mentors, des individus capables de guider le régime alimentaire du groupe pour une meilleure absorption d’ADN, et qui s’élèvent naturellement au rang de patriarches. Le mode d’accouplement Kroot voit le mâle placer ses mains sur le dos de la femelle et sécréter une sueur huileuse renfermant son code génétique. L’ADN du mâle se fond avec celui de la femelle et les embryons ainsi générés grandissent dans un des nymunes de la mère jusqu’à maturité. La femelle régurgite alors ses petits, pratiquement de la même façon dont sont expulsés les composés indigestes. Une femelle peut donner naissance à sept ou huit Kroots chaque année, bien que seulement un quart d’entre eux survive généralement jusqu’à l’âge adulte. Après la naissance, l’énergie contenue dans les nymunes de la mère sert de stimulus pour les premières phases de la croissance rapide des Kroots, ceux-ci grandissant à une allure extraordinaire et pouvant prendre leur place dans la parenté avant leur dixième année. Les groupements familiaux prennent grand soin des jeunes pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’ils soient assez forts pour se défendre et fonder leur propre groupe familial.

Les Kroots vouent un immense respect à ceux qui furent avant eux, à leurs ancêtres génetiques, et le culte des aïeux est extrêmement répandu sur ces mondes. Les anciens sont vénérés pour la sagesse qu’ils ont accumulée et pour le matériel génétique qu’ils ont rassemblé tout au long de leur vie. Lorsqu’un Kroot meurt, ses proches parents consomment son corps et son précieux patrimoine génétique est ainsi conservé au sein de la parenté. La famille est très importante pour les Kroots qui défendent leur parenté jusqu’au bout. Cependant, si des groupes sont forcés de quitter rapidement un lieu à cause d’une guerre, d’une famine ou d’une autre calamité, les jeunes et les anciens sont tués et dévores par la parenté afin de faciliter la réinstallation du groupe. Même si cette pratique nous parait barbare, du point de vue pragmatique des Kroots, elle est considérée comme un noble sacrifice puisqu’il permet de préserver leur héritage génétique afin de le transmettre aux futures générations.

Sources

  • White Dwarf N°91 (Novembre 2001)
  • Codex Tau, V4
  • Codex Tau, V3

Pages dans la catégorie « Kroots »

Cette catégorie comprend 5 pages, dont les 5 ci-dessous.