Boomdakka Snazzwagon

De Omnis Bibliotheca
Un Boomdakka Snazzwagon.
Le rugissement des moteurs gonflés et le crépitement des flammes annoncent l’arrivée des Boomdakka Snazzwagons. Ces engins légers et rapides sont assemblés à partir d’une épave recouverte d’un blindage soudé à la hâte. Leurs pilotes savent très bien qu’un seul coup au but peut pulvériser leur engin, c’est pourquoi ils foncent à tombeau ouvert dans l’espoir que la vitesse les protégera. Et effectivement, atteindre un Snazzwagons qui zigzague n’est pas chose aisée !

Les pilotes de Snazzwagons font la course alors qu’ils se dirigent vers la ligne de front, et hurlent de joie tandis qu’ils appuient sur l’accélérateur et atteignent des vitesses de plus en plus folles avec leurs engins aux moteurs démesurés. Leur équipage s’accroche comme il le peut, les yeux écarquillés d’excitation, tout en saisissant la moindre occasion d’ouvrir le feu.

Les Boomdakka Snazzwagons n’ont qu’une seule arme principale, mais ce serait un tort que de la négliger. Il s’agit d’un énorme Canon Gatling opéré par un Ork lunatique affichant sans cesse un rictus dément. Cette arme peut cracher une grêle interminable de balles chauffées à blanc, le Snazzwagon est donc précédé d’un nuage de tirs qui massacre l’infanterie et réduit en épaves fumantes les véhicules légers. Cependant, en dépit du carnage que cette arme peut provoquer, ce n’est pas l’arme la plus terrifiante transportée par un Snazzwagon.

Ce n’est pas sans raison que ces véhicules sont populaires parmi les Kramboyz avides de vitesse, car ils sont dotés de nombreux compartiments où sont entassés des grenades incendiaires et autres objets aux fonctions similaires. Généralement, ces explosifs simples mais efficaces sont constitués d’une bouteille en verre (voire d’un pot en terre cuite dans le cas des Snazzwagons des Snakebites) contenant de l’huile de Squig très volatile, du prométhium raffiné, ou tout autre liquide extrêmement inflammable sur lequel les Peaux-Vertes peuvent mettre la main.

Des gangs de Kramboyz hurlants s’accrochent aux Snazzwagons qui se rendent au combat, et tandis que les véhicules foncent à travers les lignes adverses, ces fous furieux jettent des grappes de projectiles incendiaires. Le brasier qui en résulte est aussi dangereux pour le Snazzwagon que pour ses victimes, toutefois la dévastation que peut semer une telle tactique, à la fois en termes de pertes et de moral, vaut bien le risque de voir quelques Snazzwagons exploser. De toute façon, l’équipage s’amuse beaucoup trop pour ressentir la moindre peur à l’idée de finir carbonisé…

Source

  • Codex Orks, V8