Flyboy

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Blitza-Bomba)

Tous les Orks ne sont pas capables de s’asseoir dans le cockpit d’un aéronef brinquebalant pour se lancer dans un combat aérien - seulement les plus déments ! Considérés comme fous à lier même par les Speed Freeks, les as orks traversent les cieux à des vitesses à couper le souffle, et s’attaquent avec entrain à n’importe quelle cible - peu importe sa taille ou sa dangerosité.

Dakkajet

Un Dakkajet.
Rugissant dans le ciel, les réacteurs massifs d’un Dakkajet laissent une traînée huileuse dans leur sillage tandis que les Super Fling' montés sur ses ailes crachent une pluie de balles. Moins agiles que les appareils des autres races, les Dakkajets sont tout de même capables de pointes de vitesses qui en font d’effroyables adversaires en duel aérien, et le fait que les Orks prennent des risques que d’autres pilotes considéreraient comme suicidaire accroît encore leur efficacité.

Les pilotes de Dakkajet sont persuadés que la quantité l’emporte sur la qualité. De fait, ils s’assurent que les Mékanos accrochent toutes les armes disponibles au fuselage de leur appareil. Dans le feu de l’action, tandis qu’ils traversent en tonneaux les escadrilles ennemies, les Flyboyz déchaînent leur arsenal. Ils affirment que de longues rafales à l’aveugle sont le meilleur moyen d’abattre une cible. Certains pilotes de Dakkajet n’hésitent pas à fracasser la vitre de leur cockpit avec leur Kalibr' avant d’en ajouter les projectiles au barrage. Cette habitude a invariablement des conséquences aussi imprévues que spectaculaires pour les pilotes lors des combats spatiaux.

Les Dakkajets occupent une double niche stratégique, en tant que chasseur air-air et appareil d’assaut air-sol, et pas seulement parce que leurs pilotes braillards attaquent tout ce qu’ils voient avec une frénésie débridée. Les colonnes blindées comme les formations d’infanterie sont labourées par la tempête de feu que les Dakkajets déchaînent, tandis que les pilotes ennemis succombent à la panique en voyant des essaims de ces aéronefs déglingués qui foncent sur eux au mépris de leur propre survie. Il convient de signaler le terrifiant "coup d’boule volant" très prisé des Flyboyz les plus dérangés qui - incapables de résister à l’idée d’être à bout portant - mettent simplement les gaz à fond pour filer sur leur victime en beuglant un Waaagh! incessant. Il va sans dire que l’impact de plusieurs de tonnes de ferraille, de carburant et de munitions lancés à toute allure suffit parfois à décapiter un Titan impérial, et une seule de ces manœuvres suicidaires est déjà parvenue à renverser le cours d’une guerre.

Blitza-Bomba

Même dans ses bons jours, le Flyboy moyen n’a que peu de patience pour les notions de trajectoires, d’arcs de largage et autres "trucs gonflants" qu’implique le bombardement à haute altitude. Les pilotes de Blitza-Bombas préfèrent s’assurer que leurs Bombes Kiboum à la subtilité relative touchent plus ou moins la cible en les larguant à ras du sol.

Un pilote de Blitza-Bomba fera plonger son appareil hurlant pendant que son artilleur Grot tirera la manette pour larguer la bombe le plus tard possible. Après un cliquetis sonore et quelques vibrations alarmantes, la charge utile choit vers le sol et détonne de manière spectaculaire. Pendant ce temps, libéré de sa bombe, le Flyboy ricanant redressera (espérons-le) l’appareil. Ces manœuvres ne se terminent pas toujours bien, et les Grots sont souvent cloués dans le nid de leur bombardier pour éviter qu’ils ne se sauvent avant le décollage.

Cela étant, lorsqu’une Bombe Kiboum atteint sa cible, le carnage résultant en vaut tous les risques. Ces ogives gargantuesques réduisent les fortifications en gravats incandescents, transforment les chars en cratères et, de manière générale, ouvrent des gouffres dans les lignes ennemies afin que les fantassins orks s’y déversent.

Krama-Bomba

Un Kram-Bomba.
Les Krama-Bombas sont l’incontournable conséquence de l’amour des Orks pour la vitesse, le feu et le désir de combiner ces éléments en quelque chose pour tuer. Bardé d’autant de bombes et de missiles incendiaires qu’il est physiquement possible, le Krama-Bomba file en rase motte sur le champ de bataille et fait pleuvoir une mort calcinante sur l’infanterie ennemie. Les pilotes Kramboyz de ces appareils adorent regarder leur cible "cramer de près". De fait, lorsqu’ils rentrent à la base, le ventre de leur aéronef est régulièrement taché de sang et de suie.

Les Krama-Bombas emportent parfois des Missiles Karbo, des ogives autonomes qui les rendent plus dangereux encore. Ces missiles à tête vrillée se rient des fortifications et explosent en une douche pyrotechnique qui chasse leurs victimes de leur couvert ou les cuisent en transformant leurs remparts en pièges mortels.

Wazbom-Blastajet

Lorsque les silhouettes ramassées des Wazbom-Blastajets emplissent les cieux, tout ennemi sain d’esprit se rue à couvert. Ces machines de mort kustom vrombissent de la puissance contenue de leur champ de force et de leur arsenal dément, et la férocité de leurs tirs n’a d’égal que sa résistance au feu ennemi. Ces engins sont l’œuvre de pilotes Mékanos déments qui - jaloux de voir les Flyboyz s’amuser - assemblent les meilleurs morceaux et leurs inventions les plus "ruzées" sur leur propre appareil.

Les pilotes Wazbom se concurrencent pour savoir quelle création sera capable d’éliminer le plus de cibles, le plus vite possible, et de la façon la plus spectaculairement hilarante qui soit. Les Mékanos raffolent de ces compétitions, car elles sont amusantes, et chaque prise assure plus de matos à récolter à la fin de la bataille. L’expérience est, bien sûr, moins amusante pour l’ennemi, qui se retrouve bombardé par un arsenal somme toute fatal. Des Méga-Kanons Kustom crachent des flux d’énergie calcinante qui atomisent l’adversaire, tandis que des Kanons Krazeurs de ventre emprisonnent leurs cibles dans des champs de force localisés pour les broyer comme le crâne d’un Grot sous la botte d’un Fouettard. Certains Blastajets portent des Boum Tépula, dont le faisceau scintillant jette leur victime dans le Warp pour la faire réapparaître dans les cieux, la matérialiser dans des objets solides ou la déchiqueter pour la répandre sur le champ de bataille. Pendant ce temps, les tirs de riposte crépitent sur l’épais blindage des Blastajets ou rebondissent sur les bulles champ de force qu’ils projettent.

Flyboyz Célèbres

D’un bout à l’autre de la galaxie, des Flyboyz dérangés se jettent dans la bataille avec pour seule intention de créer un carnage à une vélocité incomparable. Beaucoup volent en solo et se donnent des noms pompeux comme Kaptaine Killwingz, Eul’Baron Noir ou Flyboss Dakkafrag afin d’effrayer leur ennemi et d’impressionner leurs pairs. D’autres forment des eskadrons de Flyboyz d’élite et enchaînent les sorties les plus folles dont la légende enfle chaque fois qu’elle est répétée.

Parmi les plus fameuses de ces bandes de tueurs aéroportés se trouve l’Eskadron D’la Mort. Mené par le Flyboss Kommandant Uzgob, l’Eskadron D’la Mort est l’une des formations les plus célèbres de Flyboyz de l’histoire récente. Survivant à des dizaines de sorties lors de la guerre sanglante entre les Big Boss Badthug et Grimlug, les fous volants d’Uzgob ont été responsables du déploiement de la Bombe Kass’Gargant sur Scrap Alley, du naufrage du navire de guerre du Big Boss Grimlug - baptisé avec originalité Grimlug - et du déploiement aérien de plus de cinq milliers de Squigs enragés au-dessus du cantonnement principale de Grimlug.

Il existe bien d’autres eskadrons de renom. Les as Deathskulls des Bombardiers Bleus sont la terreur de leurs adversaires comme de leurs alliés au-dessus des jungles d’Armageddon depuis trois ans, et leurs escadrilles de Bitza-Bombas hurlantes frôlent la cime des arbres lors de chaque attaque suicidaire. Les Krânes Eud’Feu de Madblag sont une bande de joyeux Evil Sunz dont les courses aériennes ont littéralement mis le feu aux cieux au-dessus de Ryza sur des kilomètres à la ronde. Ailleurs, les Chevaliers Impériaux de Q’unelen II ont appris à craindre les Flyboyz Goff éphémères mais fatals sobrement appelés Les Ding’, dont les coups d’boule volants ont prélevé un tribut effroyable parmi les antiques machines de ce monde.

Source

  • Codex Orks, V8